Le contrat RETRAITE MADELIN

Préparer votre retraite tout en diminuant votre bénéfice imposable, et donc en payant moins d’impôt, le contrat de retraite Madelin est la bonne solution pour se créer un complément de retraite.

Pour qui

Les travailleurs non-salariés (TNS), les professions libérales, artisans, commerçant mais aussi les conjoints collaborateurs.

Fonctionnement

Le contrat de retraite Madelin, permet de se constituer une retraite complémentaire par des versements réguliers puisés directement sur votre activité.

Les sommes versées n’entrent pas dans votre bénéfice imposable et ne passent pas par votre case « impôt personnel ». Mais les sommes seront bel et bien sur un compte qui vous est propre et que vous récupérerez au moment de la retraite.

Plafond

Les plafonds annuels sont exprimés en fonction du plafond annuel de la sécurité social (PASS) en 2019 = 40 524 €.

  •  Si bénéfice imposable < PASS : 4052
  •  Si bénéfice imposable > PASS : 10 % x bénéfice imposable plafonné à 8 PASS + (25 % x bénéfice imposable compris entre 1 et 8 PASS), soit 74 969 € pour 2019.

Durée

Vous devez cotiser au minimum 15 ans (à moins de cesser votre activité professionnelle). Vous définissez le montant minimum que vous vous engagez à verser (entre 650€ et 74 969€). Si vous ne respectez pas cet engagement, les sommes versées seront alors taxables. Il peut donc être opportun de prendre un engagement de versement très bas. Cela ne vous empêchera pas de cotiser jusqu’à 15 fois votre engagement initial.

Conditions de sortie

Lors de la liquidation d’un de vos régimes de retraite vous pouvez récupérer jusqu’à 20% de la somme en capital (selon modalités loi pacte 2019 à venir), le reste sortira sous forme de rente, versée à vie.

Dans l’éventualité de votre décès, la rente peut être réversible, c’est-à-dire versée en tout ou partie à la personne que vous souhaitez.

Il existe bien sur des conditions de sortie anticipée mais pas très sexy :

  •  L’assuré est atteint d’une invalidité qui l’empêche d’exercer une activité professionnelle,
  •  Cessation d’activité à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire,
  •  Expiration des droits de l’assuré aux allocations chômage prévues par le code du travail en cas de licenciement,
  •  Le fait pour un assuré qui a exercé des fonctions d’administrateur, de membre du directoire ou de membre de conseil de surveillance, et n’a pas liquidé sa pension dans un régime obligatoire d’assurance vieillesse, de ne pas être titulaire d’un contrat de travail ou d’un mandat social depuis deux ans au moins à compter du non-renouvellement de son mandat social ou de sa révocation,
  •  Décès du conjoint,
  •  Surendettement de l’assuré.

 

Fiscalité

Si les versements ne sont soumis à aucune fiscalité ni frais (hors frais de souscription), le service en rente l’est.

Les rentes servies seront à déclarées dans la catégorie des revenus et pension et donc imposable après un abattement de 10%.

Le choix du bon contrat

Si vous avez tendance à comparer les contrats sur les frais d’entrée, c’est une erreur qu’il vous faut corriger, particulièrement sur les contrats retraite. Ce placement est sur le long terme alors peu importe les frais d’entrée, ils seront vites remboursés si vous avez un bon rendement. Attardez-vous sur les frais de sortie. En effet, les frais de sortie en rente (frais d’arrérage) varient de 1 à 3.5% et ses frais là ne sont pas rattrapables.

La grande majorité des contrats vous proposeront des options complémentaires de prévoyance. Ces dernières ont un coût souvent exorbitant, alors à moins d’une situation particulière protégez-vous sur un contrat d’assurance prévu à cet effet.

Nous sommes bien sûr à votre disposition

pour vous conseiller sur vos options retraite

Plus d’informations ? Des questions ?
Prendre contact